Sean Landsman

Île-du-Prince-Édouard

Nombre de projets : {Field:TotalProjectsTooltip} 5

Valeur des terres : Selon les évaluations de la valeur des terres que CNC a conservées directement et avec des partenaires. 243 200 $

Acres conservés : 223

Bénévoles pour l’intendance : 23

Conservation d’une des dernières plages encore à l’état sauvage

Sean Landsman

Les dunes de Cascumpec (Cascumpec Sand Hills) font partie d’une chaîne d’îles située près du rivage et sont souvent considérées comme les dernières étendues véritablement sauvages de l’Île-du-Prince-Édouard. Pendant plus d’un siècle, la famille Oulton a possédé une parcelle de terre dans cette aire.

Cette année, Ian Oulton a donné 61 hectares (150 acres) d’habitats côtiers exceptionnels à CNC dans les dunes de Cascumpec.

La propriété de CNC des dunes de Cascumpec et celle des dunes de Conway (Conway Sand Hills) font partie d’une chaîne d’îles-barrières sur la côte nord-ouest de l’Île-du-Prince-Édouard. Située dans la zone importante pour la conservation des oiseaux (ZICO) Cascumpec Bay/Alberton Harbour, les dunes de Cascumpec constituent une halte migratoire d’importance pour la sauvagine migratrice. Il s’agit également une aire de nidification essentielle pour le pluvier siffleur.

Autres espèces d’oiseaux de rivage dignes de mention dans la région :

  • pluvier argenté
  • tournepierre à collier
  • bécasseau sanderling
  • pluvier semipalmé
  • bécasseau semipalmé
  • chevaliers (petit et grand)

La conservation de cette propriété a été rendue possible grâce au financement du Gouvernement du Canada par l’intermédiaire du Programme de conservation des zones naturelles. De plus, une partie de ce projet a fait l’objet d’un don à CNC dans le cadre du Programme des dons écologiques du Gouvernement du Canada, lequel procure des avantages fiscaux bonifiés aux particuliers et aux entreprises qui donnent des terres indispensables sur le plan écologique. L’organisme American Friends of Nature Conservancy of Canada a également contribué généreusement à ce projet.

Protection de marais salés et de forêts côtières indispensables sur le plan écologique

Sean Landsman

Abrams Village se trouve à l’embouchure de la rivière Haldimand, à l’ouest de Summerside. CNC y a conservé 2 propriétés pourvues de forêts côtières, dont 20 hectares (49 acres) d’un marais salé intact, un habitat rare à l’Île-du-Prince-Édouard. Ce marais salé constitue un habitat indispensable pour de nombreuses espèces d’oiseaux, y compris le canard noir, le bruant de Nelson, le chevalier semipalmé, le martin-pêcheur d’Amérique, le garrot à œil d’or, le grand héron et le harle huppé.

Seulement 1 % de la portion terrestre de l’île est constituée de marais salés, ce qui donne à ces aires de conservation une importance cruciale. Abritant une très grande diversité d’oiseaux, de plantes et de vie marine, les marais salés intacts figurent parmi les écosystèmes les plus bioproductifs et les plus précieux dans le monde entier.

Les marais salés ont également joué un grand rôle dans l’histoire de l’Île-du-Prince-Édouard. Le foin salé était en effet une ressource cruciale qui a permis aux familles de pionniers de survivre aux longs hivers, en fournissant de la nourriture à leur bétail. Des digues ont été construites dans de nombreux marais salés de l’Île-du-Prince-Édouard et ceux-ci ont été asséchés et convertis pour d’autres utilisations.

Les nouvelles propriétés de CNC à Abrams Village s’ajoutent à une réserve naturelle existante de CNC. En plus de leur grande valeur naturelle, ces propriétés fournissent une protection contre les marées de tempête, dont le nombre devrait augmenter en raison des changements climatiques. CNC a également protégé des terres avoisinantes aux marais salés afin de permettre à cet habitat de s’adapter à la hausse du niveau de la mer.

Des déchets à la pelle

Sean Landsman

En 3 heures, plus de 1 040 kilogrammes de déchets ont été retirés des berges de la réserve naturelle de la rivière Percival, durant la corvée de nettoyage de CNC tenue en octobre.

Un groupe de 7 bénévoles pour la conservation accompagnés de 3 employés de CNC ont travaillé à marée basse pour ramasser plus d’une vingtaine de pneus, une quantité considérable de cordages et des bouées.

La rivière Percival est une rivière à marées. Voilà qui explique pourquoi beaucoup de déchets marins, comme des filets, des objets de plastique, et même des pneus, sont emportés jusqu’à ses berges.

Pendant la corvée, des bénévoles ont aussi mené un inventaire pour la sauvagine. Ils ont noté la présence de 10 macreuses à front blanc, 2 pygargues à tête blanche, 5 sternes caspiennes, 14 goélands marins et 1 grand chevalier.

Les réserves naturelles de CNC des dunes de Cascumpec et de celles de Conway se trouvent au sein d’un milieu côtier de 50 km composé d’un cordon littoral, de dunes et de mieux humides. Ce système dunaire est, du point de vue écologique, parmi les plus importants de l’Est du Canada.